A woman's work par Eliza Bennett
comment 1

Le corps comme support de broderie: l’oeuvre dérangeante d’Eliza Bennett

(Attention aux âmes sensibles, ces images peuvent en impressionner certains)

Eliza Bennett est une artiste britannique, née dans les Midlands, qui vit et travaille actuellement à Londres. Après des études supérieures dans le design textile, elle étudie la mode à l’université du Middlesex. Elle travaille un temps dans la création de costumes et d’accessoires pour le théâtre, avant de se tourner complètement vers une carrière artistique.

Sa pratique artistique se tourne vers une exploration du lien entre l’individu et son environnement social. De son passé de costumière, elle cherche à travailler un univers visuel, parfois textile, parfois pas. Le corps a une grande importance dans son travail, comme support de notre identité ou comme révélateur de nos vies intimes. Ses œuvres sont exposées régulièrement dans toute l’Europe: on aura pu les voir à Madrid, Barcelone, Londres, Stockholm, et a reçu plusieurs récompenses dans l’art contemporain.

Dans sa série « A woman’s work is never done », assez impressionnante, Eliza Bennett choisit sa propre peau comme canevas. Indolore malgré les apparences, ce procédé mêle la transformation physique à un art textile traditionnel. L’artiste a ainsi expliqué sa démarche dans un court film de 8 minutes du même nom, diffusé à Oslo et Bergen lors d’une exposition sur les artistes brodeurs dans l’art contemporain.

Cette série artistique associe la broderie, activité traditionnellement féminine, et le principal médium qui sert à sa réalisation: nos mains. Mais ce sont des mains abîmées par le fil, percées de toutes parts par les aiguilles que l’artiste montre. Une manière de contrecarrer l’idée que « le travail d’une femme » est un travail léger et futile. Au contraire:  les femmes sont souvent affectées à des tâches sous-payées, précaires, dangereuses, impactent l’intégrité de leurs corps et de leurs mains. Une oeuvre forte pour nous rappeler cette réalité pour la grande majorité des femmes dans le monde.

A woman's work par Eliza Bennett A woman's work par Eliza Bennett A woman's work par Eliza Bennett A woman's work par Eliza Bennett

1 Comment so far

  1. Même si j’ai déjà testé ce genre de chose sur le bout de mes doigts, j’avoue que je n’oserais jamais faire cela sur le reste de mes mains.

    Cela reste vraiment une belle oeuvre il faut beaucoup de dextérité et de patience je pense. Bravo à l’artiste.

Laisser un commentaire