balles Temari
comments 3

La broderie traditionnelle japonaise: les balles Temari

Les balles temari sont des objets issus de l’artisanat traditionnel japonais. A l’origine importées de Chine et introduites au Japon entre le 15e et 16e siècle, ces petites balles sont des jouets conçus par les mères pour leurs enfants à partir de restes de soie de vieux kimonos.

Elles ont été longtemps offertes au Nouvel An aux enfants, et de jouets devinrent des objets porte-bonheur.On pouvait y placer entre les fils lors de sa confection des morceaux de papier portant un vœu pour l’enfant. Bien que moins populaires depuis l’apparition des balles en caoutchouc (et des autres jouets modernes par la suite), les balles temari restent des exemples vivants du petit artisanat domestique de l’archipel, toujours pratiqué de nos jours par quelques personnes.

Comment sont-elles confectionnées? Les chutes de tissu sont d’abord roulées sur elles-mêmes et maintenu par du fil de soie. La balle était ensuite brodée. Au fil du temps les motifs brodés sont de plus en plus complexes, et de nos jours, la soie est parfois remplacée par de la laine ou du fil de coton.

Voici une vidéo où Chiyoe Kutoba, experte en balles Temari et vivant en Utah aux Etats-Unis, explique les différentes étapes de réalisation.

Enfin, vu sur This is ColossalNanaAkua a photographié plus de 500 de ces temari réalisés par sa grand-mère de 88 ans au cours des 30 dernières années, ils sont visibles sur cette page.

 

balles Temari balles Temari balles Temari balles Temari balles Temari balles Temari

 

3 Comments

    • Bonjour,
      Il n’y a pas beaucoup de ressources dessus, et encore moins en français. A titre personnel j’ai acheté le livre de Barbara Suess « Temari Techniques: A Visual Guide to Making Japanese Embroidered Thread Balls » qui est très bien pour démarrer la technique, mais n’est pas traduit en français. Après, si on veut progresser sur de nouveaux modèles, il est plus simple de trouver des diagrammes sur internet, même en langue étrangère.

Répondre à Sophie Navas Annuler la réponse.