Jill Draper broderies hyper-réalistes
comment 0

Les broderies hyper-réalistes de Jill Draper

Bien que je ne sois pas la première fan de l’art hyper-réaliste, il faut bien avouer que quand il s’agit d’art du fil, on peut au moins admirer la démarche et la patience requise pour créer de telles œuvres.

C’est le cas de l’artiste britannique Jill Draper, 62 ans, qui recrée des pièces très réalistes, à partir de photographies, juste avec un fil et une aiguille. Toutes ses œuvres mesurent de 15 à 30 pouces (entre 38 et 76 cm) et demandent plusieurs centaines d’heures de travail, que ce soit à la main ou à la machine. Pour garder un rendu assez fin, Jill Draper utilise principalement du fil de soie, mais commence une base avec des fils de coton coloré (style DMC). Elle transfère d’abord la photographie sur le tissu par la chaleur et brode par-dessus, utilisant des centaines de nuances différentes pour coller au rendu désiré. Ce travail minutieux requiert beaucoup de concentration, un travail qui lui prend entre six et sept heures par jour.

Installée avec son mari dans la campagne anglaise, dans un village du Suffolk, elle vend régulièrement ses œuvres à des particuliers ou à des galeries. Ses broderies réalistes peuvent se vendre entre 500 et 3000 livres (entre 560 et 3300 €). Un vrai « travail de passion et d’amour », comme déclare l’artiste.

Si vous aimez la prouesse qu’est la broderie hyper-réaliste, vous pouvez découvrir ou redécouvrir le travail de Cayce Cavaglia ou Daniel Kornrumpf.

 

 

Jill Draper broderies hyper-réalistes Jill Draper broderies hyper-réalistes Jill Draper broderies hyper-réalistes Jill Draper broderies hyper-réalistes Jill Draper broderies hyper-réalistes Jill Draper broderies hyper-réalistes Jill Draper broderies hyper-réalistes Jill Draper broderies hyper-réalistes

 

Laisser un commentaire